L’équipe

Carine AUBERT MULLER

Carine AUBERT MULLER

Présidente

Kinésithérapeute pour enfant, maman de 4 enfants.
Je suis passionnée par mon métier et je souhaite aller au delà de l’aide médicale en apportant le soutien dont les enfants ont besoin : matériel, financier, et humain.
Rentrer dans la vie de :
Vivi mon filleul, Ruben, Yacine, Paul, Emma, Maël, Noah, Fleur a été un cadeau de la vie.

Nadir FENEK

Nadir FENEK

Vice-Président - Kinésithérapeute

De part mon métier, j’ai de tout temps eu à faire face à des personnes qui du jour au lendemain ont perdu une partie d’eux-même.

Rapidement, une question est venue se poser : « quel regard poser sur le handicap ?»

Je pense ne rien vous apprendre en vous disant qu’aucune formation ne nous prépare à la réalité du terrain et à la façon de l’aborder. J’en suis arrivé à penser qu’accepter de se poser cette question c’est accepter l’idée d’avoir un regard sur un handicap en oubliant le regard qu’on devrait porter sur l’humain. Le regard qu’on devrait porter sur le père, la mère, le fils, la fille en face de nous. Le regard sur les rêves qu’ils aspirent atteindre. Le regard sur les rêves et les larmes qui reflètent les moments de joie et de peine passés, présents et à venir.

L’enfant se développe et grandit en adéquation avec son environnement et ce dernier lui montre l’image d’un enfant à qui il manque quelque chose alors il finira par y croire.

Nous avons donc le devoir de changer ça ou du moins de faire notre possible pour y remédier.

« Le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien » Edmund Burke

Alors… soyons des gens de bien !!!

Hugo FERON

Hugo FERON

Secrétaire - Chanteur

Si je chante c’est pour faire passer des messages, faire réagir. J’ai commencé avec ma chanson « Parle moi » dans laquelle je raconte l’histoire d’un enfant autiste.

Puis j’ai partagé un titre avec Nicoletta dans lequel je raconte l’histoire des enfants « Kesaj ».
Ce sont des enfants Roms, qui vivent en Slovaquie dans des bidonvilles, et qui sont étiquetés comme handicapés mentaux pour ne pas aller dans les mêmes écoles que les enfants slovaques issus d’un autre milieu social.

J’ai aussi rencontré lors de mes séances de kiné Chez Carine et Nadir quelques enfants, des « étoiles dans les yeux » qui n ‘ont pas eu la même chance que moi au départ, par exemple, et ça, je ne comprends pas, ou plutôt je ne l’accepte pas.

Enfin si je m’engage dans cette belle aventure ce n’est pas pour parler de moi, mais des enfants, car «  un enfant c’est l’avenir » a écrit Victor Hugo, et Albert Jacquard a aussi expliqué que « être heureux, c’est de se savoir beau dans le regard des autres ».
Alors chiche on commence déjà, tous ensemble, par changer notre regard face à un enfant handicapé?

Caroline RÉGNIÈRE

Caroline RÉGNIÈRE

Trésorière - Responsable d'une imprimerie

Je suis maman de deux garçons : Bastien et Victor.
Vivi est épileptique depuis ses 6 mois. Il en présente deux formes (absence et pointes d’ondes du sommeil) qui ont pour conséquence un retard des apprentissages.

Victor avait besoin d’un Kiné spécialisé en pédiatrie pour le stimuler au niveau de la motricité. C’était le point de départ du parcours médical pour vivi mais surtout de sa rencontre avec Carine, sa future marraine et de Nadir. Nous avons la chance que Victor soit bien entouré au niveau familial, mais aussi par l’équipe médicale et paramédicale qui le suit (kiné, orthophoniste, psychomotricienne, ophtalmologiste…)

Victor ne se « résume » pas à sa maladie. C’est avant tout un petit garçon souriant, malicieux, joueur … , complice avec son frère aîné, qui adore les câlins et les bisous.

Lorsque mon amie Carine m’a demandée de rejoindre l’équipe de la Bande à Tata Carine, c’est tout naturellement que j’ai acceptée !