Témoignages

Témoignage Romain Guérineau

Je suis originaire de Tours, dans le monde des pompiers depuis l’âge de 12 ans. J’ai réalisé mon rêve de devenir sapeur-pompier professionnel à l’âge de 18 ans en Indre-et-Loire.

En 2011, j’ai décidé de m’exiler en Haute Savoie, où j’ai eu le 13 janvier 2012 un accident…

Lire la suite

Je suis originaire de Tours, dans le monde des pompiers depuis l’âge de 12 ans. J’ai réalisé mon rêve de devenir sapeur-pompier professionnel à l’âge de 18 ans en Indre-et-Loire.

En 2011, j’ai décidé de m’exiler en Haute Savoie, où j’ai eu le 13 janvier 2012 un accident de ski sur les pistes. Malheureusement, je suis mal retombé entraînant une fracture cervicale avec une atteinte de la moelle épinière en C6-C7.
Conséquence : une tétraplégie complète.

Lors de ma rééducation, j’ai toujours gardé en tête un objectif qui était de rentrer chez moi avant que ma fille naisse…
Oui, lorsque j’ai eu mon accident j’allais être papa !
Je me suis donc battu quotidiennement pour retourner à la vie active le plus rapidement possible et j’ai accompli ce que je voulais faire en un peu moins de 2 ans après mon accident :
Retrouver mon autonomie (partielle), travailler à nouveau, redevenir un actif comme tout le monde et surtout être un père comme les autres.

Pour des raisons familiales, je suis redevenu Tourangeau en 2016. Je suis dorénavant opérateur au Centre d’appels des sapeurs-pompiers du 37 et je suis heureux d’élever ma fille en garde alternée une semaine sur deux. C’était le plus important pour moi, de pouvoir être un père présent car notre amour était fusionnel.

En parallèle de tout ça, je n’ai jamais décroché de ma passion pour le sport, une vraie drogue qui m’a toujours suivi avant et après l’accident… Une semaine après mon accident, je demandais déjà à faire du sport dans mon lit d’hôpital… Dès que j’ai l’occasion j’en pratique !

J’ai désormais un rêve, difficile à atteindre mais je m’emploie chaque jour à le réaliser. Celui de performer un niveau suffisant pour atteindre le Graal des sportifs.
La route est très très longue, je suis très loin de mes objectifs mais je ferai tout ce que je peux pour y arriver…

Mieux vaut se perdre dans sa passion que la perdre tout court ! À travers les réseaux sociaux, j’essaye de monter que dans le handicap, il y a bien sûr des côtés difficiles mais rien ne nous empêche de réaliser de grandes choses. Rien est impossible que l’on soit handicapé ou non…
Et surtout, j’ai envie de monter aux gens qu’il faut profiter des petits bonheurs du quotidien car parfois on oublie de s’en apercevoir…

Sur mon compte, on retrouve donc un mélange d’humour surtout de l’autodérision, mais aussi des publications avec un fond beaucoup plus intense, afin de sensibiliser sur le handicap.

L’amour parent-enfant, l’acceptation de soi, la résilience, le dépassement de soi…